Ta dictature

 
 

Roméo et Bogart

 

Roméo était dans l’antichambre de la mort. Ainsi était surnommée cette pièce où l’on allait lorsque la fin du séjour dans la secte du bazard approchait. La pièce était sans fenêtres, éclairée dune simple ampoule de tungstène. Par un haut-parleur était diffusé l’enseignement de l’Ecclsésiaste en alternance avec le discours de Bénarès du Bouddha.

Cela faisait plusieurs heures qu’il était là, étendu sur le lit de camp, et il somonnolait, bercé par les paroles des 2 sages. Quand la porte fut brutalement ouverte par un frère :

« frère Roméo, frère Roméo, un juste est là… il vous cherche ! Il dit que vous avez tué quelqu’un ! Il faut que vous partiez ! »

Roméo se leva d’un bond hésitant.

« le commodore a dit que vous deviez signer la procuration aussi. Tenez… »

Il signa fébrilement sans poser de questions. Il s’en fût. Il s’enfuit.

Bogart se doutait bien que la secte ne livrerait pas Roméo et en tous cas ne le laisserait pas intervenir à l’intérieur de l’établissement. Il avait simplement voulu que le lièvre sorte de son terrier. Il s’était mis en observation avec Aline à ses côtés, au dessus du bâtiment.

Roméo avait immédiatement aperçu les deux silhouettes sinistres. Il ne s’expliquait pas la présence de la brune, mais c’était là le moindre de ses soucis. Ses souvenirs d’anciens miséreux affluaient. Il s’était dit,quand il était enfant, que s’il était poursuivi par un juste, il filerait à la décharge, s’enfouir sous les ordures, et ainsi échapper aux yeux de l’ange blanc. C’était devenu un rêve et à chaque fois, il en retirait une délicieuse sensation de liberté. Evidemment, il s’était rendu compte que la réalité était toute autre… Pourtant, il était heureux à l’idée d’accomplir son rêve d’enfant.

Debout sur un monticule d’ordure, il attendait.

Le soleil rougeoyant derrière lui le désincarnait en une ombre grandissante. L’ombre s’étendait, l’heure de sa mort était proche. Mort dorée.

Bogart voyait Roméo se détacher sur la crête d’ordure, immobile. Aline avançait sans mot dire. Bogart souriait. Ca allait être un grand jour ! Ils arrivèrent au pied du « trône » de Roméo. Bogart sortit un poignard.

Publicités

A propos Jean-Baptiste Messier

écriture, méditer dans la nuit fraîche sous un pin de la montagne Wu Tang, ceinture noire karate , bouddhisme, rosicrucien, alchimie, nouvelles, taoïsme, zen, astrologie, poésie, la Chine, et une pincée de sensualité ! psychologie, cours par correspondance, pfffiouh la liste s'allonge ! ah science-fiction aussi et puis taï chi !! Qi Qong... voyage, voyage :-)
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s