Roméo

 

La holotélé déversait son flot
quotidien d’images atroces, d’immondices. L’effort était louable de la part des
journalistes : ils tentaient d’intéresser, du moins, car il ne faut pas
être trop optimiste, d’attirer l’attention. Cependant, plus les journalistes
montraient l’horreur, et plus l’intention de faire réagir le public, avait pour
résultat contraire de l’anesthésier, de lui enlever sa sensibilité.

C’est pourquoi, au fil des
années, l’idéal de justice amorcé au au 18ième siècle, avait bel et
bien sombré.

Aussi Roméo, affalé dans son
divan, devant la holotélé, ne réagissait pas. Après tout, n’était-il pas
immortel ?

Rien n’avait d’importance, les
guerres civiles, les épidémies…. En fait, il regardait la holotélé pour tuer le
temps. Il aimait bien cette expression. Paradoxalement, il aurait voulu être un
héros, quelqu’un qui laissât sa marque d’une manière ou d’une autre, quelqu’un
dont on se souviendrait du nom.

Mais comment laisser une trace,
quand l’humanité a l’éternité devant soi ?

Sa montre, datant du XXIIième
siècle, une vraie pièce de collection, lui indiquait 21 heures. Il était temps
de partir. Il sortit de la maison qui lui souha « bonsoir » de sa
douce voix métallique, manipula son anneau anti-gravité, et s’éleva dans les
airs.

Comment s’occuper une
éternité ? La vie peut elle avoir un sens ? il s’interrogeait
souvent. D’après ses minces connaissances en histoire, il savait que les hommes
à une époque luttaient pour une utopie. Maintenant ce pourquoi les hommes
s’étaient battus, s’étaient réalisé : les machines s’occupaient de tout,
ils étaient immortels, ils étaient beaux. Oui, mais voilà, ils s’ennuyaient.

La porte de la maison de
désennuiement lui demanda comme à chaque fois : « publique ou
privé ? » il répondit « publique » : c’était un voyeur
et de plus, il était toujours seul. Les murs de la salle étaient d’un rouge
criard, comme pour tirer les hommes de leur torpeur. Le sol et le plafond
étaient recouverts de deux immenses miroirs, grâce auxquels, on pouvait
atteindre une perfection quasi-aritistique.

 

Publicités

A propos Jean-Baptiste Messier

écriture, méditer dans la nuit fraîche sous un pin de la montagne Wu Tang, ceinture noire karate , bouddhisme, rosicrucien, alchimie, nouvelles, taoïsme, zen, astrologie, poésie, la Chine, et une pincée de sensualité ! psychologie, cours par correspondance, pfffiouh la liste s'allonge ! ah science-fiction aussi et puis taï chi !! Qi Qong... voyage, voyage :-)
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s