Le vieil homme

Dans plusieurs billets de ce blog, je vous ai parlé d’un vieil homme qui racontait des histoires. Peut être serait il bon de raconter des histoires sur ce vieil homme ?

Cet homme très sage, buriné par l’expérience et la méditation, je ne vous révélerai pas son vrai nom, nous l’appellerons Léonardo. Je suis sûr qu’il apprécierait.

Il existe depuis un temps immémorial. Son savoir il l’a puisé en Egypte, en Grèce dans les anciennes écoles de Mystères et la connaissance a crû en son âme. L’inspiration, telle l’Atalante fugitive, lui semait des pommes d’or dans l’espoir vain de le rassasier. Au contraire sa soif de découverte ne faisait qu’augmenter au fur et à mesure qu’il dévorait les délicieuses pommes. "Dors" lui disait l’Atalante mais il voulait ne pas dormir, guetteur anxieux de l’éternel.

Pour développer sa connaissance, il aimait tout à la fois partir du
connu (fait observé) pour aller vers l’inconnu et partir de l’abstrait
pour comprendre le connu, il raisonnait par syllogisme. Ainsi tous les
hommes sont mortels (principe abtrait), Socrate est un homme
(observation) donc Socrate est mortel.

Son esprit curieux ne divisait pas, ne dévalorisait pas les sentiers de la connaissance, la science, la philosophie, la religion, le sport et l’art constituaient seulement des supports de développement différents au service de la transformation de l’être.

Même s’il ne s’agit pas de s’étaler en mille et une fioritures, nous allons parler de sa vie et de ses pensées. Le bonheur ne consistait pas pour lui dans des  utopies hors d’atteinte mais dans la possession d’une bonne santé, jouir d’une existence matériellement confortable sans excès et surtout dans la sensation de ne pas stagner, d’être en apprentissage, de travailler par tous les moyens à la découverte du monde. "Connais toi toi même et tu connaîtras l’univers et les dieux", cette phrase il l’avait inscrite au fronton de son académie.
Pour lui l’Univers était l’Oeuvre d’une Intelligence qui n’avait ni début, ni fin, et  tous les hommes possèdaient une étincelle de divinité qui s’appelle l’âme.
Il pensait que l’eau était source de toute vie, ne l’appelle t’on pas la mer ?
Il aimait beaucoup la géométrie et l’astronomie à tel point qu’il inventa un calendrier encore valable de nos jours.

Les enfants avaient pour devoir d’aider leurs parents et il pensait que l’amitié était un bien précieux dont il fallait prendre soin.

Une pensée un jour lui était venue : "la chose du monde la plus grande est l’espace, car il renferme tous les êtres ; la plus forte est la nécessité, car elle vient à bout de tout ; la plus rapide est la pensée, car elle parcourt l’univers en un instant ; la plus sage est le temps, car il découvre les choses les plus cachées ; mais la chose la plus douce et la plus aimable est de faire la volonté de Dieu."

Seul on n’atteint pas grand chose, c’est pourquoi il s’intéressa aussi à la politique. Les lois pour lui doivent se faire respecter par le simple fait que chaque homme peut comprendre qu’il est plus utile de la respecter que de la violer. Chaque loi doit donc contenir cette vertu intrasèque de sorte que la répression en devienne accessoire.

Il était sage, il n’aimait pas les excès que ce soit dans la luxure ou la vertu, en toute chose, il faut trouver un "juste milieu". La découverte de la vérité en toute chose aussi bien envers lui même qu’envers le monde qui l’environne était une source de plaisir renouvelée, il avait horreur du mensonge et des conventions et ne voyait pas l’intérêt d’entretenir des relations avec des personnes méchantes.

Léonardo ne prisait ni l’honneur, ni la gloire, il considérait ces oripeaux comme trop fragiles et éphémères.

Il aimait bien parler du mythe de l’Atlantide, de sa puissance et des raisons de sa chute qui au fond était que l’Atlantide s’était écarté du chemin de la sagesse pour batifoler sur les sentiers de l’orgueil, de l’ambition démesuré, et de la soif de conquêtes.

Loin d’être un pitre sur l’agora, il fonda plusieurs écoles (en italique). Il ramena aussi des connaissances de Crête et de Chaldée. Ses élèves devaient au départ garder le silence pendant 5 ans et ainsi apprendre à écouter avant de juger. Il disait qu’une vie était bien trop courte pour se parfaire et comme telle était le but de la création, nous devons nous réincarner pour nous polir tant et plus de manière à devenir un miroir de l’univers. L’homme n’est il pas créé à l’image de Dieu ?

Pour lui, l’existence de l’homme pouvait se décomposer en 4 saisons de 20 ans chacune : enfant jusqu’à 20 ans, jeune jusqu’à 40 ans, adulte jusqu’à 60 ans et vieux jusqu’à 80 ans.

Il aimait à employer paraboles et images pour expliquer des principes à ses disciples.

L’Unité est le premier grand principe, d’elle provient les nombres, des nombres, les points, des points, les lignes, des lignes les superficies, des superficies, les solides et des solides, les 4 éléments et fonctions (feu, air, eau, et terre) qui fondent le monde. Vision harmonique et géométrique.

Voyageur, il erra beaucoup sans éclat ni critiques. Un peu misanthrope, il aimait beaucoup la compagnie des enfants.

Il disait qu’il était aussi important pour un peuple de garder ses lois et sa liberté que de combattre les ennemis.

Tout change, seules les lois originelles sont immuables comme gravées dans le marbre. Lorsque l’on meurt à quelque chose, l’on naît à autre chose, c’est aussi la loi du devenir.

La solitude était aussi un grand professeur pour lui.

(à suivre :-))

Publicités

A propos Jean-Baptiste Messier

écriture, méditer dans la nuit fraîche sous un pin de la montagne Wu Tang, ceinture noire karate , bouddhisme, rosicrucien, alchimie, nouvelles, taoïsme, zen, astrologie, poésie, la Chine, et une pincée de sensualité ! psychologie, cours par correspondance, pfffiouh la liste s'allonge ! ah science-fiction aussi et puis taï chi !! Qi Qong... voyage, voyage :-)
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

149 commentaires pour Le vieil homme

  1. salmanouna dit :

    et lelement perturbateur

  2. salmanouna dit :

    une fois tu me dit il n ya rien et une fois tu me donne

  3. salmanouna dit :

    la situation finale c quoi jean

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s