Le cheveu d’A…. extrait

Une nouvelle nouvelle : Le cheveu d’A. qui a reçu un accueil critique favorable :).

Voici le texte de présentation :

« Séverian est emprisonné dans sa tour, victime du piège de la virtualité. Un cheveu d’Ariane arrivera-t-il à lui faire retrouver le fil de sa vie ?
Récit de légère anticipation. »
A la base ce texte s’inscrit sur le thème de la solitude.

Je vous livre le début :

« 

Séverian déposa son casque de simulation et soupira d’aise et de lassitude. Il venait de jouer plus d’une demi-journée sans manger ni même boire pour ainsi dire, en totale immersion dans « Love fantasy » le jeu virtuel en trois D le plus passionnant de l’époque.

Mais là il n’en pouvait plus, ça demandait trop de concentration. Il étira ses longs membres, et secoua un peu sa graisse. Il regarda son chat qui par un coup de griffe bien senti l’avait rappelé à la réalité des choses. Les chats sont intelligents en plus d’être mystiques se dit-il. En tout cas son chat Cassiopée avait vite compris que les miaulements ne suffiraient pas à attirer son attention quand il était immergé dans « Love Fantasy » et pour cause : Séverian ne pouvait l’entendre.

Donc le coup de griffe.

Séverian se dirigea paresseusement et avec lenteur vers le frigidaire et sortit de la pâtée, cette fois-ci Cassiopée ne se gênait plus pour miauler avec vigueur.

« oui, oui » lui répondit Séverian.

Puis il tapota sur le clavier tactile de son « fait-tout » terme ancien qui avait été recyclé pour désigner la machine capable de synthétiser les meilleurs plats en une seconde. Après autant d’émotions virtuelles et d’aventures dans tous les sens du terme, il avait faim : un bon cassoulet toulousain ferait l’affaire.

Distraitement il regarda s’afficher sur l’écran du fait-tout la propagande du gouvernement qui conseillait à la population à chaque fois qu’elle bouffait de faire du sport, de « bouger » comme ils disaient… quelle bonne blague.

Séverian se targuait d’être un penseur libre d’autant plus qu’il avait fait des études, et des études variées dans plusieurs domaines, il savait réfléchir et critiquer, pas être un mouton qu’on influence à coup de campagnes de santé publique.

Replongeant sa pensée dans le monde virtuel qu’il venait de quitter, il repensa à Edwina la superbe elfe aux seins 95 C, au cou gracile et aux mèches blondes. Après avoir tué à eux deux un dragon et deux nécromanciens, ils avaient fait l’amour, et avec les sensations tactiles c’était mieux que génial. Hum son caleçon en portait la trace. Beurk, il jeta ça dans le recycleur qui lui en fournit un nouveau immédiatement, simple retraitement de la structure moléculaire.

Il mangea de bon appétit. Dans le silence. A la différence de beaucoup de ses congénères, il appréciait le silence, c’était inné chez lui, beaucoup, il le savait, ne le supportaient pas, et c’était peut-être sa bouée de sauvetage.

En fait il était un peu différent de ces décérébrés qui n’existaient que superficiellement ou dans des univers chimériques. « bonjour ça va ? Ouais t’as vu la dernière série américaine, les effets spéciaux sont trop forts » ou les gens qui conventionnellement se créent leur vie de famille et puis ça ne va guère plus loin. Oui il était différent mais peut-être pas si unique.

A l’époque à laquelle il vivait, Séverian possédait quelque chose qui était vraiment rare. Il se retourna pour contempler sa bibliothèque, une belle bibliothèque anthracite où les livres s’accumulaient sur de multiples étagères protégés par des parois vitrées. Non seulement il lisait mais il écrivait aussi, beaucoup. Il avait scindé son activité en 2 parties l’une qu’il appelait « soupe » traduction : pour la masse, et l’autre qu’il ne faisait lire à personne car il estimait que personne n’était en mesure de la recevoir. La soupe était son gagne-pain et ça gagnait bien. D’autant plus quand ça servait de base à des scénarios de séries débiles ou divertissantes.

Séverian s’était construit sa tour, il vivait dans une quasi autarcie, un solus ipse, et à l’époque où il vivait, c’était très facile, le côté pratique, ludique, domotique et informatique de son monde le permettait : en fait c’était un redoutable piège insidieux. Séverian en était conscient, en même temps il se disait que pour écrire on a besoin d’être seul et aussi de toute façon « mes congénères ne m’apportent rien sauf de l’ennui ».

Bien sûr il parlait pour la caste des écrivains mais à dire vrai de multiples geeks auraient pu dire la même chose et dieu sait si les geeks pullulent (pour les incultes, geek = taré d’informatique, bon on est dans la tête de Séverian là hein faut pas me tirer dessus).

Il ruminait toutes ces réflexions en silence à mastiquer sans y prêter attention son cassoulet fumant et délicieux.

Puis la table fit disparaître les couverts et assiettes. Il se dirigea vers la douche. Il se regarda dans le miroir et vit ses cheveux trop longs. C’était là une des rares sorties qu’il s’accordait encore, presqu’un contact social mais faut pas trop pousser non plus : aller chez le coiffeur ou plus exactement chez la coiffeuse. Peut-être était-ce le massage du cuir chevelu. La dernière fois qu’il y était allé, c’était une nouvelle coiffeuse. Pendant toute la coiffure elle ne lui avait pas dit un mot, elle n’avait pas essayé de faire la conversation à l’inverse de toutes celles qui l’avaient profondément agacé jusqu’ici, non mais elle était super concentrée sur ce qu’elle faisait. Séverian n’avait jamais observé une telle présence dans le comportement, lui qui était le maître des mots il devait s’avouer subjugué par ce ballet sans parole.

La coiffeuse habillée tout en noir jusqu’au vernis à ongles, fine et gracieuse, enchaînait les mouvements dans une danse sans à coups, le coup de ciseau précis et le peigne au diapason. Avec un beau regard marron posé sur son oeuvre (c’est à dire Severian) pour vérifier la découpe de son modèle. »

pour savoir comment ça va se terminer (lecture et téléchargement gratuits), c’est ici :

http://www.atramenta.net/lire/le-cheveu-da/34855/1#oeuvre_page

Bon week-end à toutes et tous !

Publicités

A propos Jean-Baptiste Messier

écriture, méditer dans la nuit fraîche sous un pin de la montagne Wu Tang, ceinture noire karate , bouddhisme, rosicrucien, alchimie, nouvelles, taoïsme, zen, astrologie, poésie, la Chine, et une pincée de sensualité ! psychologie, cours par correspondance, pfffiouh la liste s'allonge ! ah science-fiction aussi et puis taï chi !! Qi Qong... voyage, voyage :-)
Cet article, publié dans nouvelle, science-fiction, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Le cheveu d’A…. extrait

  1. Drenagoram dit :

    Huum , J’espère un Jour ne pas en Arriver Las ,
    Quand l’Avis ne Tient qu’à un Fil ,
    Il est Grand Temps de suivre ses Pas ,
    Marcher sur l’Une demande Efforts ,
    Le Vent de l’Hôte à Temps d’Eclats ,
    Pour ne pas Perdre l’Essence Utile ,
    Mieux vaut dès l’Hors pousser son Corps ,
    A prendre un Vers , au Coeur des Bois .
    NéO~
    Haute Soirée et Chapeau Bas 😉

  2. giselefayet dit :

    Je me suis régalée à lire cet extrait , comme Néo j’espère que nous n’en arriverons pas là , trop attachée à la nature pour laisser la domotique tout contrôler de nos pulsions et nos envies .
    Je vais copier l’adresse car visiblement le lien ne fonctionne pas .Séverian n’a pas l’air de se laisser phagocyter par les obligations gouvernementales , ça me plait bien …
    Bonne journée Jean – Baptiste et merci pour la lecture
    Bises

    • coucou Gisèle, content que tu te sois régalée, oui je n’arrive pas à partarger des liens dans les articles sur Word Press, tu y arrives toi ?

      • giselefayet dit :

        Je viens de voir qu’il y avait une question , oui j’y arrive mais je ne fais pratiquement pas de billet directement dans wordpress mais avec windows live writer, avec wordpress tu y arrives aussi il suffit de surligner le texte et l’icone devient active ( le maillon de chaine ) pour mettre le lien apres tu n’as plus qu’à mettre l’adresse et le nom pour cliquer sur le lien ) . Je ne sais pas si tu as compris sinon tu peux m’envoyer un mail par l’intermédiaire du blog .
        Bonne soirée
        Bisous

  3. Nouvelle très intéressante j’ai beaucoup appréciée ce que je regrette que cela soit trop court pour l’avoir relue deux fois, et arriver au bout je me suis dit qu’est-ce que j’aimerais qu’il y ait une suite à cette nouvelle.

    La domotique oui pour certaines choses mais certainement pas tout controler de notre vie, ah non ce serait trop terne et sans goût, la solitude jusqu’au point de se renfermer danss une bulle de protection mais on ne vis pas on survit !!!

    Franchement j’ai beaucoup apprécier l’ambiance et les personnages, tout est bien choisi et orchestré, seul regret que ça soit trop court……

    Gros bisous et bonne semaine Jean-Baptiste

  4. joe ailes dit :

    hum hummmmmm! j’attends la suite, moi aussi je me suis régalée!!! et je reste sur ma faim!
    bisous!

  5. et même cliquer dessus en l’occurrence !

  6. joe ailes dit :

    je reviendrai plus tard!!!! pas la tête à lire, j’imprime pas! LOL!
    bon dimanche ! bisous!

  7. giselefayet dit :

    J’ai beaucoup aimé je viens de relire , heureusement ce monde entièrement automatisé n’a pas réussi à priver les humains de besoin d’amour .
    Bisous

  8. nadouche186 dit :

    Coucou JB
    merci pour ce petit extrait j’aime le fantastique
    je viens de voir l’Autre Monde, j’étais un peu sceptique pour un film Français
    mais j’ai passé un bon moment,
    bonne semaine et rentrée si c’st pas fait – bise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s