Coquine poésie, poésie libertine

La poésie ne parle pas forcément de sentiment, de mélancolie, d’amour au loin, de paysages inhabités… Non ! Elle peut être aussi joyeuse et coquine et jouer avec les mots, les  sons, associer sensualité et nature pour une poésie gourmande.

Un petit détour par Wikipédia qui nous parle ainsi de la poésie :

« La poésie est un genre littéraire très ancien aux formes variées, écrites généralement en vers, mais qui admet aussi la prose, et qui privilégie l’expressivité de la forme. Sa définition se révèle difficile, et varie selon les époques, au point que chaque siècle peut lui trouver une fonction et une expression différente aussi d’un poète à l’autre. Le mot « poésie » vient du grec ποιεῖν (poiein) qui signifie « faire, créer » : le poète est donc un créateur, un inventeur de formes expressives, ce que révèlent aussi les termes du Moyen Âge, comme trouvère et troubadour. Le poète, héritier d’une longue tradition orale, privilégie la musicalité et le rythme, d’où, dans la plupart des textes poétiques, le recours à une forme versifiée qui confère de la densité à la langue. Le poète recherche aussi l’expressivité par le poids accordé aux mots comme par l’utilisation des figures de style et au premier chef des images et des figures d’analogie, recherchées pour leur force suggestive.

La poésie s’est constamment renouvelée au cours des siècles avec des orientations différentes selon les époques, les civilisations, les aires culturelles et les individus. On peut par exemple distinguer le poète artiste soucieux d’abord de beauté formelle, le poète « lyrique » qui cultive le « chant de l’âme », le poète prophète, découvreur du monde et « voyant » ou le poète engagé, sans cependant réduire un créateur à une étiquette simplificatrice1. »  source ( poésie )

Disons que je vous ai concocté un menu agréable pour une bonne mise en bouche…

Un extrait du recueil :

 »

La trirème

Sur la nuque rebelle

Je mettrai mon grain de sel

Afin que la belle

Se baigne dans la mer.

Nue sous les voiles

Poussée par le zéphyr

Je l’entraîne

Dans la trirème

De mon désir.

A l’horizon lointain

Je prendrai à dessein

Je forgerai ton airain

Pour qu’à l’ombre d’Ulysse

Je me glisse

Dans l’interstice

Dresse la drisse

De ton émoi

Faire éclater ton copeau

De bois

Et me régaler tout surchauffé

De l’eau de l’outre

Bien fraîche qui glisse

En mon gosier.

Dans le panier

J’introduirai

Mes doigts affamés

Pour me repaître

D’une cavité si ombragée

Prendre la dragée

Te sucer entre mes lèvres

Et quand le vit m’étreint

Enfoncer le rivet

Démarrer

La folle traversée.

 »

Lecture et téléchargement gratuits (interdit aux moins de 18 ans) ici :

Coquine poésie

Publicités

A propos Jean-Baptiste Messier

écriture, méditer dans la nuit fraîche sous un pin de la montagne Wu Tang, ceinture noire karate , bouddhisme, rosicrucien, alchimie, nouvelles, taoïsme, zen, astrologie, poésie, la Chine, et une pincée de sensualité ! psychologie, cours par correspondance, pfffiouh la liste s'allonge ! ah science-fiction aussi et puis taï chi !! Qi Qong... voyage, voyage :-)
Cet article, publié dans Atramenta, Non classé, poterie, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Coquine poésie, poésie libertine

  1. Babel dit :

    oups ! y’a des courants d’air ici.. j’ai le nez qui se bouche ! 😉

  2. En fait si tu lis Nez à l’envers ça donne quoi ?:) La crique est à l’abri du vent, ceci dit :p.

  3. stain23 dit :

    Vraiment très plaisantes à lire, ces poésies. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s